Guerigny Forges Royalessays

Histoire de Guérigny L’histoire de Guérigny est intimement liée à celle de Pierre Babaud de la Chaussade (1706-1792). Profitant des ressources naturelles environnantes, principalement le minerai de fer, les forêts de chênes et de nombreux cours d’eau, celui-ci implante et développe les forges royales. Cette manufacture, intimement liée à la construction navale, devient l’une des plus importantes de France au XVIIIe Siècle. En 1781, l’État acquiert le site. Les forges poursuivent leur activité jusqu’en 1971.

Aujoud’hui, le site des forges de Villemenant est encore partiellement préservé. L’Association des Amis du Vieux Guérigny entretient les bâtiments et propose chaque année (printemps-automne) une exposition sur un thème différent ayant trait à l’industrie locale ou nationale. Une exposition permanente permet de découvrir quelques pièces intéressantes : machines à vapeur, marteaux-pilons et pièces réalisées sur le site au cours de son activité (mine marine, torpille, ancres de belle taille, etc.). À quelques centaines de mètres de l’agglomération s’étend la forêt des Bertranges qui, avec ses 7600 ha, fait partie des plus grandes étendues boisées de France. Parmi les sentiers aménagés, il en est un qui mène en ligne droite au « chêne Babaud ». Cet arbre au tronc impressionnant est maintenant couché. Son abattage a été décidé en 1995 : plusieurs fois touché par la foudre, ses plus grosses branches menaçaient de casser. La souche est préservée et entretenue. Plusieurs repères temporels sont placés sur les anneaux de l’arbre, du début du XVIIIe Siècle à la fin du XXe. En effet, de la Chaussade n’a pas planté cet arbre : le chêne était déjà âgé d’une quarantaine d’années lors de son arrivée dans la région. Construit au XIVe Siècle, le château de Villemenant se situe dans un paysage nivernais typique. À quelques pas de la Nièvre, sa tour d’escalier polygonale à colombages et ses deux tours semi-circulaires sont très pitoresques. Le château, en cours de rénovation intérieure, est très bien entretenu et propose des chambres d’hôtes. Aux alentours, on trouve en outre les châteaux de Bizy (toujours propriété familiale), de Poiseux et de Mimont.

Pierre Babaud de la Chaussade (Né à Bellac le 27 septembre 1706, mort à Paris le 12 août 1792), maître de forges, possède des forges et des bois en Nivernais depuis 1720. Il fait des forges royales de Guérigny une manufacture d’importance nationale et celles-ci le restent jusqu’à la première moitié du XXe Siècle. Après leur acquisition par l’État peu après 1780, une ordonnance royale leur conserve le nom de « forges de la Chaussade », en signe de reconnaissance pour les services que Babaud a rendus à la France.

En effet, dès la fin des années 1960, l’exploitation du site devient de moins en moins rentable. À l’arrêt définitif du site de la Marine nationale, une partie des employés est délocalisée. Des quelques grandes industries locales de l’époque ayant poussé en marge des forges, en métallurgie et pétrochimie principalement, il ne reste presque plus rien.

Héritières d’une longue tradition métallurgique, les Forges de la Chaussade constituaient au XVIIIe siècle l’une des manufactures les plus importantes de France. Développées par Pierre Babaud de la Chaussade (1706-1792), elles furent achetées par l’Etat en 1781. Spécialisé dans les fabrications pour la Marine, l’Etablissement a poursuivi son activité sur le site de Villemenant jusqu’en 1971.

Les bâtiments du site industriel du Vieux Guérigny, construits au XVIIIe et XIXe siècles, inscrits à l’inventaire supplémentaire des Monuments Historiques, sont l’objet d’importants travaux de restauration menés par la Ville de Guérigny et par l’association "Les Amis du Vieux Guérigny".

 

 

Le Théâtre des Forges Royales :

UN THÉÂTRE AU COEUR DES FORGES ROYALES DE GUÉRIGNY

C’est désormais un lieu de création unique ! Une nouvelle salle de spectacle ouverte toute l’année qui lie le passé de notre région à sa nouvelle vie culturelle. Le bâtiment à clocheton de Guérigny trône, fier de sa stature et de son architecture. Lorsque les portes s’ouvrent, on découvre un théâtre habité par l’âme et l’histoire du lieu. La charpente et les murs restés intacts offrent une chaleur singulière à l’espace. Mais désormais, c’est également un établissement moderne, avec une capacité allant jusqu’à 110 places. Durant l’année, nous accueillerons, dans des conditions exceptionnelles du théâtre, des concerts, des expositions, de la danse... Un bar à l’ancienne permettra aux spectateurs de découvrir des produits de la région : jus de fruits, fromage, charcuterie, bière, vin... Tout vient du coin ! Installez vous confortablement, vous êtes au théâtre des Forges Royales de Guérigny.

 

 

Le Cinéma REX :

Dessin de M. Bouvier

Peinture de M. Colas

Pour en savoir plus, consulter le site de l’Association CINEREX :

Cinerex.guerigny.free.fr

La gare de Guérigny

Toutes les maquettes présentées ont été réalisées par le Cercle Ferroviaire Nivernais
à l’échelle HO(1/87ème)

  • La gare et l’abri de quai
  • La maison du garde barrière

Sources : livre "La grande histoire de Guérigny de 1355 à nos jours", Encyclopédie Wikipedia

Cliquez sur les boutons des colonnes A, B, C, à droite des variables 1 à 8.

- A signifie : Bon, fait seul, totalement, régulièrement et correctement.

- B signifie : Fait partiellement ou irrégulièrement ou incorrectement.

- C signifie : Ne fait pas, ne peut pas ou ne veux pas le faire.

Ces indicateurs de calcul du GIR servent à déterminer le montant de l’APA (Allocation Personnalisée d’Autonomie) et à mieux définir les besoins de la personne afin de choisir un établissement adapté.

Le calcul du GIR ne prend en compte que les 8 premières variables discriminantes de la Grille AGGIR.

La grille nationale d’évaluation AGGIR est une grille d’évaluation de l’autonomie et de la dépendance des personnes âgées et permet de mesurer le degré de dépendance physique et/ou psychique d’une personne âgée dans l’accomplissement de ses actes essentiels et quotidiens.

Six groupes sont définis, allant de GIR 1 (dépendance totale) à GIR 6 (autonomie totale). Plus le score est faible, plus la personne est considérée comme étant fortement dépendante.

Comments

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *